En 2018, la sécheresse était la deuxième cause de sinistres liée à des événements naturels, après les inondations selon la Fédération française des assurances (FFA). En cause l’assèchement de l’argile sur lequel sont bâties les maisons. Cette rétractation provoque fissures et lézardes.

L’argile (ou glaise) est une roche compacte, imperméable et plastique au contact de l’eau. Sa consistance est modifiée et son volume change considérablement.

Fissures, lézardes, catastrophes naturelles : traitements et garanties

Le phénomène de retrait-gonflement est un phénomène dû à l’alternance des saisons pluvieuses et sèches qui génère ce mouvement de montée et de descente toute l’année. Plus l’amplitude et grande entre forte pluviosité et sécheresse longue, plus le mouvement imposé à la structure des bâtiments sera importante et pourra causer des dégâts, parfois irréversibles.

En période de sécheresse, le propriétaire doit être vigilant à l’apparition de fissures. Sont-elles actives ? Vont-elles en s’amplifiant jusqu’à devenir des lézardes (fissure dont l’écartement est supérieur à 2mm et qui traverse toute la paroi) ?

Comment réagir ?

Commencez par contacter vos voisins pour évaluer l’étendue du phénomène. Sondez votre mairie sur ses intentions et sur les dates de survenance du phénomène qu’ils retiennent. Une fois ce « travail » préliminaire fait, vous devez contacter votre assureur (dans les 5 jours suivant la constatation) et votre mairie (officiellement cette fois).

Le Maire de votre commune peut décider de faire une demande de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle. Cette demande sera examinée par une commission interministérielle qui rendra un avis. La procédure de reconnaissance prend plusieurs mois.  

Si la reconnaissance est obtenue, les assureurs missionnent des experts qui déterminent maison par maison (et non pas par zone complète) les dommages et leurs causes.

Ce qui est garanti 

  • les dommages matériels directs aux bâtiments y compris la valeur à neuf si elle est prévue dans le contrat ;
  • les frais d’études géotechniques nécessaires à la remise en état des biens garantis ;
  • les fondations et murs de soutènement de l’habitation ;
  • les murs de clôture, le matériel à l’extérieur si ces biens sont couverts par le contrat.

Ce qui n’est pas garanti

  • les frais de déplacement et de relogement y compris en cas d’impossibilité d’accès à une habitation, la perte d’usage, la perte de loyers, le remboursement de la cotisation d’assurance dommages ouvrage, les pertes indirectes ;
  • le remboursement des honoraires d’experts d’assurés ;
  • les frais d’études géotechniques ou autres, exposés pour justifier ou instruire la procédure aboutissant à la constatation de l’état de catastrophe naturelle par arrêté interministériel ;
  • les terrains, végétaux, arbres et plantations.

Attention aussi à la franchise ! (+/- 1500 €)

Les propriétaires concernés peuvent demander une étude de sols dite « G5 », qui permet d’exiger une réparation durable au-delà des réparations « décoratives ». Les travaux coûtent souvent plusieurs dizaines de milliers d’euros. Si une procédure est en cours, ne pas entreprendre de travaux, ceux-ci ne seraient pas pris en charge par les assureurs.

Vous aurez par contre besoin de devis …

Fissure traversante et non traversante

Comment traiter ?

En fonction de l’ampleur de la fissuration :

  • fissure non traversante et écartement inférieur à 2 mm, pas de constatation de désordre dans le fonctionnement des menuiseries. Le cas est somme toute bénin. A vous de considérer s’il y a un intérêt à faire une déclaration qui risque d’effaroucher de potentiels acheteurs.
  • Fissure traversantes, le cas peut être sévère. Dans ce cas, faire appel à une société spécialisée en reprise en sous œuvre qui utilisera soit une mousse expansive soit si le cas est encore plus grave des micropieux sous les fondations, sortes de pilotis constitués d’une armature métallique dans laquelle on envoie un coulis de ciment, pouvant descendre jusqu’à 18 mètres de profondeur.

Au terme de ces procédures, vous aurez probablement besoin de redonner une nouvelle jeunesse à vos façades …

Pour en savoir plus sur les zones à risques : https://www.georisques.gouv.fr

 

Sur les 20 dernières années :

Tableau des communes fissures et lézardes